Crocodile Jane-4ème partie

Publié le par danslecerveaudisabelle

femme-en-pleurs-picasso.jpg

 

Les jours passèrent et Jane pensait à Steve. Chaque après-midi, quand Mickaël s'entraînait à chasser des oiseaux, Jane se rendait dans la cabane mais Steve ne s'y trouvait pas. Elle attendait le temps qu'elle pouvait mais il n'apparaissait jamais. A chaque fois qu'elle retournait chez elle, sans jamais l'avoir revu, son coeur se déchirait un peu plus.

 

Et mon coeur de gamine également. Je me posai la même question que Jane : « Mais qu'est-ce qu'il fiche ce Steve ! Pourquoi il est pas là ? » Normalement, il devrait l'attendre. Lui aussi, il l'aime, non ?

 

Et puis un jour, le père demanda à parler à sa fille. Il avait l'air très sérieux. Il demanda à Jane de s'assoir parce qu'il avait une grande nouvelle à lui annoncer. Il lui apprit son futur mariage avec le fils de son patron, directeur de la scierie. Une très bonne affaire que ce garçon-là qui avait eu le coup de foudre pour Jane depuis qu'il l'avait croisée lors de ce bal pour la commémoration. Le coeur de Jane, aussitôt s'arrêta de battre. Elle devint pâle comme un nuage. Son père s'inquiéta :

« Tu vas bien, Jane ? »

« Oui ! J'ai besoin de sortir. »

Elle se précipita au dehors et se dirigea vers la cabane de son sauveur. Il fallait absolument qu'il la sauve une seconde fois. Mais allait-il être chez lui, cette fois ?

 

Mon petit coeur, en tout cas, l'espérait. Il fallait que Steve sauve Jane de cette galère. En plus, le fils du directeur était moche. Le dessin montrait un gars petit, trapu alors que Steve, lui, était superbe.

 

Quand Jane arriva non loin à la cabane, Steve était là, devant chez lui, assis. Elle s'approcha, le coeur battant. Et elle le surprit en plein travail. Il était en train d'éventrer un crocodile. Jane eut un haut-le-coeur. Elle n'avait aucune idée en quoi consister le métier de son sauveur.

« Tiens, ma petite Jane ! » dit Steve en la remarquant.

Il tenait un couteau enfoncé dans le ventre du reptile. Ses mains étaient ensanglantées. Il était absorbé par son ouvrage.

Jane faisait les cents pas aux côtés de son sauveur qui extrayait les entrailles de son animal. Jane s'impatientait. Elle ne savait plus très bien où elle en était. Steve ne semblait pas se soucier de la présence de la jeune fille. Alors, elle se lança :

« Je peux vous dire quelque chose ? »

« Je t' écoute, ma belle. » dit-il, les deux mains dans le ventre de la bête.

« Mon père veut que je me marie avec le fils de son patron. »

« Mais c'est une bonne nouvelle ! Tu vas faire un très beau mariage. » déclare Steve.

« Mais je ne l'aime pas ! » Répond Jane, indignée, avant d'avouer :

« C'est vous que j'aime ! »

Steve n'offrit même pas un regard à la jeune fille devant cette déclaration. Il la sermonna :

« Tu dois obéir à ton père. »

 

C'était tout ce que Steve avait trouvé à dire : « Tu dois obéir à ton père ! » Tout comme Jane, j'étais indignée. En ce jeudi après-midi de l'an 1981, j'avais détesté tous les pères du monde qui obligent leurs filles à faire des mariages qu'elles ne choisissent pas et tous les Steve du monde qui s'en foutent bien !

 

A suivre...

 

Isabelle B

Publié dans Nouvelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article