En attendant la Mort

Publié le par danslecerveaudisabelle

 

Attendre la Mort

Si un jour elle se pointe

Comme je n'y crois pas fort

Je me verse dans l'absinthe

Je respire de l'encens

Je lance une lessive

Je me brosse les dents

Je patiente, je soupire.

 

La Mort est absente

Je m'offre le luxe

D'apprendre et de comprendre

Pourquoi je vis au juste.

Je pousse le vice

De vivre encore et toujours

Je deviens complice

D'aimer la vie d'amour.

 

Puisque la Mort se traîne

Je m'inscris au théâtre

Je joue du Sarah Kane

Faudrait que la Mort se hâte !

Je donne mon sang

Et mes vieilles affaires

Je fuis le bonheur

Avant qu'il m'exaspère.

 

Faudrait pas que je meurs

Dans d'amertumes amers !

Alors parfois je pleure

Je me couvre de misères.

Puis, je descends en ville

Je mange des bonbons

J'y pense tous les jours

Me tiens prête pour le grand jour.

 

Comme la Vie est un leurre

J'essaie, je tente, je m'obstine

A ne jamais ressentir de bonheur

Mais c'est jamais que j'assassine.

Comme j'ai mille choses à faire

Mille choses avant minuit !

Apprendre le russe, lire Baudelaire

Dire que je n'ai que le temps d'une vie.

 

Entre chiens et loups

Je rentre mes chats

Soudain le doute

S'éprend de moi

M'aime à perdre la raison

Et me persuade qu'au fond

Il me reste moins que ça.

 

Alors je m'ennuie.

Je cultive cet art

Qui consiste en un rien

Une grandiose apathie

Puisque tôt ou tard

De nous, il n'en restera : Rien.

 

Mais j'ai mille choses à faire

Mille choses avant ce soir

Apprendre le russe, lire Baudelaire

Et s'il me reste mille ans

J'apprendrai le magyar.

 

Publié dans Poème

Commenter cet article